Parce que vous ne trouvez pas le sauna qu’il vous faut dans le commerce et parce que vous estimez pouvoir le faire vous-même, vous recherchez des informations avant de vous lancer dans la construction.  

Nous savons que partant de cette idée vous n’êtes pas intéressé par nos saunas en kit. Cependant nous allons vous donner quelques conseils pour que votre futur sauna soit une réussite, qu’il soit performant et réponde à vos attentes. 

A priori, un sauna n’est pas très compliqué à concevoir. Il y a cependant certaines bases à respecter impérativement au risque de ne pas obtenir l’effet souhaité. 

  • Règle N°1 : Dimensions de la cabine : Posez-vous avant tout la question du nombre d’utilisateurs simultanés. Ne fabriquez pas une cabine pour 5 personnes sachant que vous serez 2 utilisateurs maximum. Ce serait une perte de place, d’argent, un volume trop important à chauffer et donc une dépense énergétique inutile. Un sauna de 1,5 m x 2 m peut déjà accueillir 3 personnes. Un 2 m x 2 m est fait pour 4 à 5 personnes.Si vous avez la possibilité qu’une des longueurs fasse 2 m ou plus, cela permettra d’avoir une banquette pour s’y allonger. C’est un plus mais pas un impératif, les ¾ des utilisateurs préférant être assis durant la séance. 

  • Règle N°2 : Votre pièce fait 2,5 m de haut et vous voulez donc que votre sauna aille jusqu’au plafond… mauvaise idée: La chaleur montant, vous obtiendrez les températures élevées que dans la partie supérieure de la cabine, inaccessible. Une hauteur hors tout d’environ 2,10 m vous laisse assez d’espace à l’intérieur. De plus la montée en température sera plus rapide et vous aurez donc moins d’attente. La consommation électrique sera aussi moindre. Si l’espace entre le haut de votre sauna et le plafond vous gène esthétiquement, rien ne vous empêche de le fermer avec le même bois utilisé pour la cabine. De l’extérieur, il y aura continuité du sol au plafond.  

  • Règle N°3 : Puissance électrique disponible : un sauna chauffé avec un poêle électrique nécessite souvent que l’on tire une nouvelle ligne depuis le tableau électrique. On ne peut que très rarement, dans le cas de tout petits saunas, utiliser la prise à proximité. De plus, en fonction des puissances requises et à partir d’un certain seuil, les poêles ne peuvent être raccordés qu’à une alimentation électrique triphasée 400 V. Or très peu d’habitations en sont équipées. Pour vous donner un ordre d’idée, comptez 0,8 kW par m3 de volume intérieur. Ainsi un sauna de 2 m x 2 m x 2 m (LxlxH) devra être équipé d’un poêle de 6 kW (6,4 kW pour être précis). 

  • Règle N°4 : Limitez les surfaces vitrées : Elles sont certes esthétiques et très à la mode mais elles n’ont pas le même pouvoir isolant qu’une paroi en bois. Il faut donc compenser les déperditions de chaleur avec une puissance de poêle plus importante.  

  • Règle N°5 : Bois massif ou lambris avec isolation ? le premier semble être plus simple mais le bois doit être suffisamment épais pour avoir un effet isolant (minimum 35 mm), sec pour ne pas présenter de coulures de sève et avec des rainures au niveau des emboitements pour qu’il n’y ait pas de passage de courant d’air.Le sauna lambris avec isolant est performant sur le plan de la consommation d’énergie. Veillez cependant à placer une barrière anti-humidité (pare-vapeur) derrière le lambris intérieur. Ainsi, si vous avez pour habitude d’asperger abondamment d’eau les pierres, l’humidité n’ira pas se loger dans l’isolant, avec comme risque à terme de provoquer moisissures et mauvaises odeurs. 

  • Règle N°6 : Nature de l’isolant : Dans un sauna avec isolation, n’utilisez jamais des produits issus de la pétrochimie : pas de polystyrène, pas de mousse expansive mais plutôt de la laine minérale, du chanvre, de la laine, ou tout autre isolant naturel. 

  • Règle N°7 : Essence de bois : Privilégiez du bois en provenance du nord…de l’Europe, pas du nord des Landes ! Pourquoi ? Parce que compte tenu du climat rude dans les pays nordiques, les arbres y poussent plus lentement. Le bois est plus dense et résiste mieux aux fortes amplitudes thermiques. Traditionnellement, les Finlandais utilise l’épicéa ou le pin pour la fabrication de leurs saunas. 

  • Règle N°8 : Bien choisir le poêle : Sa puissance doit tenir compte du volume du sauna mais également de vos préférences en termes d’hygrométrie. Vous aimez les saunas humides ? Optez pour un poêle avec une grande capacité en pierres (plus de 40 kg). Vous pourrez ainsi jeter une grande quantité d’eau en même temps sur les pierres et avoir un effet vapeur immédiat important. 

Nous espérons vous avoir aidé et vous souhaitons bon courage pour la construction de votre sauna. 

Sachez qu’en plus de nos saunas en kit, nous proposons une très large gamme de poêles et de portes en verre et d’accessoires